Guilde Atlantis de dofus

Site de la guilde d'Atlantis [maimane]
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ballade dominicale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zulue
Ougah
Ougah
avatar

Nombre de messages : 1380
Age : 30
Localisation : passe le balais à pandala
Date d'inscription : 05/01/2007

MessageSujet: Ballade dominicale   Lun 24 Aoû - 22:14

Juste pour voir ce que ce genre de "texte" donne dans le contexte Atlantis....



* Prologue décalé, pour mettre dans l’ambiance *

Un faux silence, remplis de « cri-cri », de grincements diverses et de petits craquements qui s’enfuient, dans un clapotis à peine audible, étouffé sûrement par l’air surchargé, humide et chaud, de cette après midi de Fraouctor.
Un sol, tout au plus mou, constitué d’humus et de bruyère, dans lequel tes sandales s’enfoncent allégrement – ça pourrait sembler désagréable, au premier abord, mais c’est sans nul doute, un des petits plaisirs les plus agréables qu’il m’ai été donné de sentir dans ce pays – et je marche donc, ou devrais-je dire errer, sous l’ombre des géants bamboutos protecteurs ; autour de moi, les moskitos et les araknes s’écartent comme pour me céder le passage, j’entre-aperçois dans la végétation dense une cooleuvre et un bulbiflore qui se terrent, leur seule protection résidant dans leur art du camouflage…

* Zoom lent sur la carte, direction Pandala *

Vous l’aurez deviné, cette après-midi je suis partie faire un petit tour à Pandala, je préfère la partie Ouest, car ce petit vent frais me donne l’impression de liberté. Dans ces cas là, on se dit que rien ne peut nous
arriver, si ce n’est marcher franco dans une grosse flaque d’eau et s’éclabousser le bas du pantalon (chose qui m’arrive, hélas, assez régulièrement), ça nous énerve, on râle, et puis on shoot de rage sur la pauvre petite bête qui n’avait pas à se trouver là, si près de mon pied….. s’ensuit un beau vol plané, que je ne manque pas d’admirer, pour entendre le projectile retomber, là-bas derrière ce fourré, dans un bruit qui sur le coup parait plutôt insolite.

En effet, si j’puis me permettre une petite aparté, les onomatopées les plus usitées dans ce cas là seraient de l’ordre de :
« Boum »
« Paf »
« Plouf »
Et j’en passe….. (en partant du principe que le projectile en question soit un gros insecte, bien-entendu)

Et quel est donc alors ce bruit qui ma foi, me fait vous narrer cette anecdote en somme, si peu intéressante ?
J’ai ouïe une sorte de « Bong » suivi d’un « Ayaïe » et d’un cri guttural que je ne vais pas épeler par pure bonté de ma part, afin de vous éviter un effort mental démesuré (vous pouvez dire merci).

Vous l’aurez deviné, ma malchance légendaire avait encore frappée !
De l’état d’esprit petit papillon volatile qui glane la flore de Pandala en chantonnant, je suis passée à l’état grogon levée du pied gauche pour devoir me préparer à l’affront d’un pandikaze en furie (vous devez sans doute connaître l’adage, « Qui réveille en pandikaze, réveille un pandikaze !).

Heureusement que déesse Féca ne m’a jamais laissée tomber, pour toutes les fois où je m’attire des ennuis, à chaque fois je m’en suis sortie indemne.

Mes boucliers ont tenu le coup sur les assauts répétés et acharnés du pandikaze, j’ai tenu, tenu, jusqu’à ce que mon adversaire se fatigue, j’ai pu donc riposter et frapper là où il faut – sans vouloir me vanter, j’ai l’habitude de ces ptites bêtes là et je sais exactement là où il faut frapper.

* Ralenti digne d’un maître xelor afin de d’appréhender ma technique de combat tout à fait subtile *

Me voilà donc, épée en main, à trancher de haut en bas ce pauvre pandikaze ; j’insisterai sur le fait qu’il faut démarrer la découpe entre les deux yeux, sur le sommet du crâne, avec un angle de 37°, et des deux mains, garder sa lame la plus droite possible jusqu’en bas du bassin, pour finir la lame plantée dans le sol.

Attention toutefois, si l’angle d’attaque est mauvais, ou si votre lame dévie dans sa course, vous avez de fortes chances de vous retrouver avec votre épée « coincée » dans le corps du-dit pandikaze, et là, (c'est le drame !) bon courage si un autre assaillant déboule d’un arbuste derrière vous…. Alors que si la lame se plante gentiment dans le sol, absolument rien ne la retient, vous avez donc tout le loisir de relever votre arme à une hauteur convenable, de toiser les ennemis vous entourant, en tournant sur vous-même, tandis que le pandikaze, ou plutôt, les deux demi-pandikazes, se disloquent, glissent et tombent lentement jusqu’au sol dans un bruit qui ferait frémir le plus féroce des assaillants.

Tout excitée par ce combat, je me suis mise en chasse d’autres pandis de la région afin de me faire un petit stock de peau, car mon hamac est dans un piteux état.

Je regagnais mon chez moi, en saluant au passage les gardes de la ville (beaux et musclés en plus) que j’entendais dire encore :
-Tu as vu cette fécatte ? Elle ne devrait pas sortir
toute seule dans ces zones hostiles, surtout qu’elle a l’air plutôt tête en l’air….
Et l’autre répondre :
- Un de ces jours, elle risque fort d’avoir des problèmes !


* Aaaaah…..ces hommes, s’ils savaient ! *




Z
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.perdu.com/
 
Ballade dominicale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Accepté]Perian, Ménestrel en ballade
» Messe Dominicale
» Ballade dans les vignes et compétition d'athlétisme 03-07
» Kevinissimo, ou la ballade des paloufs
» [PC] Ballade à l'italienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Guilde Atlantis de dofus :: L'entrée :: Les présentations-
Sauter vers: